Je suis écrivain, et vous l’êtes sans doute aussi

Cyril BTS – Behind The Scenes, Opinion

Ne m’en veuillez pas si j’ai perdu la référence exacte, mais j’ai lu quelque part que l’on devient un écrivain à partir du moment où on le décide. On le décide, et on se met à écrire. Et l’on est écrivain, au sens le plus dénué du terme. Est-il besoin d’attendre d’être publié pour se sentir écrivain ? D’avoir vendu plusieurs milliers d’exemplaires ? D’avoir reçu un prix littéraire ?

Non. On est écrivain lorsqu’on écrit.
C’est ce que j’aime dans cette assertion: un jour, je me suis mis devant mon clavier, et j’ai commencé à écrire les histoires que j’aurais aimé lire. Et j’y ai pris (beaucoup) de plaisir. Et cent trente mille mots plus tard, j’avais le premier jet d’un roman. Alors, oui, disons que je suis un écrivain, en dépoussiérant ce nom commun de tout le côté pompeux que l’on pourrait y mettre.
Après tout, pourquoi s’embarrasser avec tout cela ? J’écris des histoires, j’y prends du plaisir: je suis un écrivain.

Comme tout écrivain, je suis avide de méthodes, trucs et astuces, conseils et façons de faire que je peux trouver auprès des autres, et internet est une mine d’or de ce point de vue. C’est aussi ce qui est intéressant dans tout travail d’écriture: comment améliorer les choses, comment enlever la friction, comment développer ses idées pour en faire une histoire intéressante ?

Parfois, l’on tombe sur des pépites. La lecture de Steal like an artist, de Austin Kleon, m’a amené à suivre ses projets, parmi lesquels son prochain livre: Show your work.

Déclic.

Ce qui a opéré en quelque sorte un déclic: j’ai compris en le lisant son idée qu’en montrant comment je travaille, en laissant le backstage ouvert aux autres, je peux probablement aider quelqu’un, et surtout, provoquer une interaction et une discussion constructive autour de l’écriture, et ainsi en tirer de nouvelles idées pour améliorer mon travail.
Au bénéfice de tous.

En me disant qu’au pire, cela ne fera qu’un superbe carnet de notes pour suivre l’évolution de mes habitudes d’écriture. Car vous le savez déjà, ce qui est passionnant là-dedans, c’est qu’on n’est jamais “arrivé“.

En discutant avec David, l’idée de créer une série d’articles ici, sur ce site consacré à la SF, mais aussi à l’écriture au sens plus général, a fait de solides racines. Toutes ces idées se rejoignent, et c’est aussi l’idée derrière OLSF: parler de SF au sens le plus large, mais aussi parler de ce qui nous plait. L’écriture en fait partie, alors allons-y !

Ecrire.

Vous avez donc devant vous le premier d’une série d’articles où nous espérons exposer à nu nos réflexions, nos angoisses et nos retenues, nos petits succès, en bref, ce qui rend cette vie d’écrivain aussi intéressante. Pas de chichi, mais, espérons-le, on pourra suivre une ligne rouge tout au long de l’évolution de ces articles : le plaisir d’écrire.