Nouvel outil : character arc

Cyril Inspiration, outils

À la base de toutes les histoires, il y a les personnages, leurs besoins et leurs désirs. Au début, ils sont dans un certain état (leur situation sociale, leur vision du monde, leur entourage, etc.), et, passés les rebondissements de l’aventure qu’ils vivent tout au long du roman (de la nouvelle, de la blague), ils en ressortent changés.
Cette évolution du personnage, les anglophones l’appellent character arc.

L’écoute du podcast Writing Excuses (que je vous recommande, au même titre que celle de Procrastination) cet après-midi, m’a permis de découvrir un nouvel outil pour appréhender cette évolution des personnages. Il tient en un acronyme : DREAM.

DREAM est un aide-mémoire pour

  • Denial
  • Resistance
  • Exploration
  • Acceptance
  • Manifestation

À l’origine décrit par Elisabeth Boyle, dans le cadre de la romance (puisque c’est sa spécialité), on se rend compte qu’il peut être utilisé pour toute forme d’évolution de personnage.
Confronté à un désir ou un problème, le personnage va d’abord être dans le déni, puis va résister, tenter la solution, accepter le nouvel état et la manifestation va être l’action qui va en résulter.

Un exemple coupé à la serpe, juste pour vous démontrer le truc, cher lectorat : Luke Skywalker.

Lorsqu’il apprend qu’il est en fait un Jedi, il commence par refuser : ce n’est pas possible. Puis il résiste : il faut qu’il aide son oncle à la « ferme », et plus tard il veut devenir pilote.
Il explore la possibilité aux côtés de Ben Kenobi, et commence à sentir la force en lui.
Lors du dernier combat, il finit par accepter la force et sa propre évolution, la manifestation étant son exploit permettant de détruire l’Étoile noire.

Les étapes sont obligatoires, l’une permettant de passer à l’autre. On ne peut pas passer du déni (« je ne suis pas un Jedi ») directement à (« je vais quand même voir un peu ce que c’est que d’utiliser la force »).

On peut ainsi détecter un oubli, quelque chose qui clocherait dans l’évolution d’un personnage, en prenant un peu de recul devant son parcours.

Je ne pense pas l’appliquer pendant l’écriture, mais ce peut être un bel outil pendant l’élaboration du plan, ou la recherche de problème(s) sur un manuscrit déjà écrit.
Bien sûr, cela ne reste qu’un outil de plus, à moi (à vous) de l’utiliser correctement.

Références :
Writing Excuses : https://writingexcuses.com
Procrastination : Procrastination Saison 2 by Elbakin.net | Elbakin Net | Free Listening on SoundCloud