Revenir au site personnel

Cyril Inspiration, Opinion

Le récent article de Frank Chimero m’a interpellé. Homesteading 2014 (c’est le titre) décrit le cheminement de pensée de cet auteur-designer par rapport à sa présence internet.
Je l’ai déjà écrit dans la partie « à propos » du site, je suis un peu touche-à-tout. J’ai fait du webdesign et du développement de sites web (je le fais encore), des films, de la photographie, du dessin, j’écris pour des sites (ici, mais aussi sur OLSF), j’écris de la fiction, et je vais même publier en 2014 mon premier thriller (yes ! 2014 va être une grande année !)
Et je me retrouve un peu dans les idées de Frank.

Si je fais le bilan de ma présence sur internet, comme lui, je découvre que je suis fragmenté : sur ce site, sur OLSF, sur Flickr, sur Instagram, sur Vimeo… Vous comprenez l’idée.
Hors, lorsque je pense à quelque contact sur internet, j’ai tendance—comme lui—à penser « tiens, qu’est-ce que fait Jean-Christophe en ce moment » plutôt que « tiens, quelles sont les nouvelles photos que J-C. à publié ? » puis « quel est son dernier article ? », etc.

Chimero fait un parallèle intéressant avec les maisons d’architecte. Peut-être que vous avez déjà eu la possibilité de visiter une telle maison, c’est en général très intéressant : la maison ressemble à son propriétaire, puisque tout y a été créé pour lui.
Et j’ai bien envie de faire la même chose, en concentrant tout ce que je fais sur ce site. 2014 sera peut-être bien le renouveau du site personnel.

Et puis, d’autres idées circulant sur internet en ce moment m’influencent. Austin Kleon parle depuis quelque temps du concept de montrer son travail[1], montrer comment on le fait, tout montrer parce que nous ne savons pas ce qui va plaire à d’autre, ce qui peut marcher ou pas. Tout montrer pour augmenter sa visibilité et laisser le choix à l’internaute de décider ce qui lui plait ou pas. Je trouve l’idée intéressante, principalement parce que je suis peut-être un peu trop perfectionniste (mon thriller, par exemple, devrait être disponible depuis un bon moment sur les plates-formes de vente d’ebooks, en tout cas, si je n’étais pas occupé à corriger sans cesse tel ou tel mot, la mise en page ou la couverture…)
Neil Gaiman partage tout (ce qu’il veut) de sa vie d’écrivain sur son journal, et là encore, cela rejoint l’idée show your work et cela lui sert probablement de mémoire vivante, accessible depuis partout (un concept partagé par Cory Doctorow, qui dit bloguer pour se souvenir des choses qui retiennent son attention). Je trouve l’idée intéressante, parce qu’elle force à bien tourner son texte (il sera public tout de même) et donc à trier, classer ses idées, et en même temps montrer ce que l’on fait et pouvoir y revenir.
Et j’ai bien envie de tenter cette expérience.

J’ai l’intention d’être beaucoup plus présent par l’intermédiaire du journal, de publier plus de photos sur la partie photo, et de promouvoir mes écrits (essais, romans) dès la page d’accueil. J’espère que ce site va vite devenir un endroit unifié, qui me ressemble, où, si vous vous posez la question de savoir ce que je fais en ce moment, c’est avant tout là que vous viendrez voir.


  1. Il en a fait son nouveau livre,Show your work, prévu pour mars 2014.  ↩